Du 100ème anniversaire de la Première guerre mondiale aux cérémonies du débarquement en Normandie le 6 juin dernier, le Président enchaîne les commémorations depuis quelques mois. Aujourd'hui, il commémorait le 70ème anniversaire du débarquement en Provence. Et son agenda n'est pas près de s'alléger puisque de juin à novembre 2014, il est prévu que François Hollande assiste à une quinzaine de cérémonies commémoratives. Le nombre important de ces commémorations n'est pas hasard, il cache une véritable stratégie de communication qui a deux objectifs. 

7773674893_le-president-francois-hollande-et-son-homologue-allemand-joachim-gauck-lors-d-une-ceremonie-de-commemoration-le-3-aout-2014-a-wattwiller-dans-le-nord-de-la-france

Un moyen de soigner sa stature de chef d'Etat

D'abord, les commémorations permettent au Président de la République, attaqué sur sa politique économique et sociale, de prendre de la hauteur. La solennité de ces moments l'aident en effet à se "présidentialiser". Alors qu'on lui a longtemps reproché de ne pas avoir la stature d'un chef d'Etat, les commémorations lui donnent l'occasion d'apparaitre grave et sérieux, lorsqu'on le sait volontiers badin, et de prononcer des discours emprunts de patriotisme. Un moyen donc de changer son image de Président normal et de faire oublier le ridicule de l'homme au scooter parti rejoindre Julie Gayet. Avec ces commémorations nationales, François Hollande espère également rassembler la nation derrière son Histoire et susciter la fierté d'être français. "Commémorer, c’est renouveler le patriotisme, celui qui unit, celui qui rassemble, qui n’écarte personne au-delà des parcours, des croyances, des origines, et des couleurs de peau"(Allocution pour le lancement des commémorations du Centenaire de la Première guerre mondiale).

francois-hollande-commemore-la-victoire-de-1945_1

Occuper le terrain avec des sujets consensuels

Contrairement à des thèmes comme l'emploi ou l'insécurité, les cérémonies commémoratives offrent à François Hollande une occasion d'apparaître dans les médias sur un sujet non clivant. Rendre hommage aux hommes qui ont défendu la France est tout à fait louable et ne risque pas de faire polémique. Il sait qu'il se situe là sur un terrain inattaquable, aussi bien par l'opposition politique que par les médias. D'ailleurs, selon un sondage Ifop pour Atlantico, 55 % des Français estiment que le président de la République assume bien ses fonctions dans le cadre des cérémonies de souvenir. Le Chef de l'Etat opère une stratégie de diversion pour masquer le manque de résultats de sa politique économique et sociale. Une stratégie qui semble dont être payante aux yeux de l'opinion publique même si cela ne fait pas remonter sa côte de popularité très basse.

 

Sondage Ifop pour Atlantico 

Photos : RTL et Ouest France