Depuis son autorisation fin 2009 par le CSA, le placement de produit dans les clips musicaux se développe de plus en plus. Si les clips de musique en France sont encore loin d'égaler les clips américains, la pratique tend à se banaliser. Qu'est-ce qui pousse les artistes à accepter cette forme de publicité, parfois en inadéquation avec leur univers artistique ? La crédibilité de l'artiste est-elle en jeu?
 
Un avantage purement financier pour les artistes ?
 
En réalité, l'avantage financier est surtout évident pour les maisons de disques car ce sont elles qui financent les clips et qui, dans le contexte de crise du disque, veulent dépenser de moins en moins. Il y a quand même des exceptions, j'ai été très surprise de découvrir le clip d'Indila "Dernière danse", les effets spéciaux ont dû coûter cher, étonnant que la maison de disque accepte cette dépense pour le 1er single d'une nouvelle artiste.

voli-vodka-pitbull-mib-3-back-in-time

 
Les maisons de disque imposent donc un budget aux artistes qui n'ont hélas pas le choix entre tourner un clip avec peu de moyens dont le résultat sera médiocre au niveau visuel et scénaristique ou tourner un clip dans lequel il y a du placement de produit, permettant un clip de meilleur facture. A chaque artiste de juger la nécessité d'avoir un bon clip pour promouvoir une chanson. Mais, à l'heure des réseaux sociaux et dans une société ou l'image est omniprésente, cela paraît absolument nécessaire. Et c'est ce qui amène certains artistes à accepter le placement de produit pour avoir un budget plus confortable pour tourner leurs clips.
 
Les états d'âme des artistes
 

sans-titre

Les hésitations sont d'ordre artistiques et sont les mêmes que ceux que peut avoir un artiste qui est sollicité pour faire une publicité. Sauf que lorsqu'un artiste apparaît dans une publicité, l'aspect publicitaire est clairement identifié et l'artiste se détache de son statut d'artiste (même si dans certaines publicités, l'artiste apparaît comme lorsqu'on entend la chanson de M Pokora dans la publicité Atol). Il y a tout de même une séparation alors que dans le cas du placement de produit, la marque s'insère directement dans l'univers de l'artiste sans s'identifier comme étant une publicité, comme une "violation" du statut d'artiste.
L'artiste est-il alors toujours artiste ou est-il un simple support publicitaire comme lorsqu'il accepte consciemment d'être l'égérie d'une marque? C'est une confusion des genres particulièrement perturbante pour les artistes. Mais une bonne partie des artistes sont résignés et jouent le jeu pour continuer à exister médiatiquement. Ceux qui sons moins mis en lumière peuvent paradoxalement être plus libres et refuser d'entrer dans ce système publicitaire.
 
PLacement de produit dans les clips: quelles répercussions sur l'image des artistes ?
 
Un bad buzz est peu probable car la plupart des placements de produits ne sont pas perçus par les spectateurs, d'où un risque de banalisation d'ailleurs. Mais s'ils deviennent plus nombreux et plus fréquents pourquoi pas? Le public des artistes pratiquant le placement de produit leur en tienne-t-il rigueur? Soit le placement de produit est perçu au premier degrés et amène une connivence qui pousse à l'achat (cela marche surtout auprès d'un public adolescent), soit il y a une distanciation entre le placement de produit, qui est assimilé à de la publicité, et la musique de l'artiste.

sans-titre2

 
S'il y a un risque pour l'image et la crédibilité d'un artiste ce serait peut être plutôt une dégradation lente de son image et non un bad buzz ponctuel et violent, à moins vraiment que le placement de produit soit mal réalisé et en inadéquation totale avec l'univers de l'artiste, dans ce cas il risque de choquer. Il pourrait y avoir bad buzz aussi dans le cas d'un placement de produit "clivant", par exemple pour une marque de préservatif ou de sex-toy, mais aujourd'hui la plupart des placements de produits concernent des produits grand public utilisés par une majorité de la population: portable, ordinateur, parfum, montre... l'artiste ne prend pas de risque à accepter un tel placement de produit dans son clip. Si le placement de produit est bien fait, l'univers de la marque et celui de l'artiste sont censés être similaires pour cibler la même cible et être en cohérence.
 
 
Retrouvez mon analyse des placements de produits dans les clips musicaux dans un autre article du blog et dans un article sur Toutelaculture.com
 
Photos: clip Pitbull "Back in time", David Guetta "Little bad girl" et Magic system "Tango, tango"