Quelle stratégie de communication adopter pour un sujet comme le mariage gay, porteur d’oppositions aussi fortes ? Le gouvernement Ayrault a choisi de s’inscrire dans une tradition socialiste s’appuyant sur les valeurs d’égalité et de liberté. Ainsi a été lancé le projet d’ouverture du mariage aux couples gay, rebaptisé opportunément: « mariage pour tous ».

Une communication gouvernementale tout en subtilité et en sous-entendus pour un sujet potentiellement explosif

mariage pour tous

 

Toute la communication du gouvernement s’articule donc autour de cette notion phare d’égalité. Ainsi David Assouline, porte-parole du Parti Socialiste, déclare à propos de la manifestation contre le mariage pour tous : «une manifestation pour empêcher certains d'avoir les mêmes droits, c'est très rare, seule la droite sait faire ça !» tandis que Christina Taubira met en avant l’égalité des droits pour tous les citoyens quelles que soient leur origine sociale, ethnique… et quelle que soit leur orientation sexuelle ! En parlant de « citoyens », elle veut faire passer l’orientation sexuelle au second plan du débat. D’ailleurs le projet de loi, c’est celui du « mariage pour tous » et non celui du « mariage gay ». Mariage pour tous cela pourrait tous aussi bien vouloir dire mariage pour les jeunes, les vieux, les étrangers, les chômeurs. C’est une manière implicite de faire comprendre que de ne pas accorder le mariage aux homosexuels est aussi absurde que de ne pas l’accorder aux chômeurs par exemple ! Bon moyen de dénoncer en creux les discriminations liées à l’orientation sexuelle. Belle ambiguïté aussi car si on pousse la logique au maximum, « mariage pour tous » cela peut aussi vouloir dire mariage avec son frère ou sa sœur, ce qui renvoi  à un des plus grands tabous de notre civilisation : l’inceste !

Derrière la formule « mariage pour tous » se cache donc une habilité communicationnelle mettant en avant des aspérités positives (la notion consensuelle d’égalité) et gommant les aspects qui pourraient faire polémique. La formule est facilement mémorisable, simple et compréhensible : tous les ingrédients d’un bon slogan. Mais cela suffit-il à faire adhérer tous les citoyens à ce projet de loi ?    

                                                       couples gay

Provoc+humour = médiatisation forte

Face à cela les opposants au mariage gay auraient pu mettre en avant une porte parole conservatrice, droite dans ses bottes, à la vertu jamais remise en cause. Eh bien non ! En communication il faut frapper là où personne ne vous attends ! C’est donc l’humoriste Frigide Barjot, à l’image fofolle de femme libérée- en réalité femme de droite engagée dès les années 80 au RPR et catholique convaincue- qui deviendra l’égérie du mouvement de contestation. Pourquoi est-ce un très bon choix communicationnel ? D’abord parce que les paradoxes et le côté gentiment provocateur d’une femme comme Frigide Barjot (son nom annonce la couleur), c’est une exposition médiatique assurée. Et en effet, la porte parole est invitée sur tous les plateaux de télévision et de radio. Le « buzz » est lancé et le mouvement peut alors monter en puissance. Ensuite parce que pour fédérer des militants très diversifiés il faut une égérie non conventionnelle. Frigide Barjot touche à la fois les jeunes grâce à son côté fêtard, les cinquantenaires, les catholiques, les non-croyants. De plus, elle décomplexe les personnes modérées qui sont contre le mariage pour tous mais qui n’osent manifester de peur d’être perçus comme réactionnaires.

frigide barjot

Grâce à son humour et à son franc parler, elle réussit à s’attirer la sympathie. Son look, on a pu souvent la voir avec une veste de jogging rose bonbon, lui donne une allure « cool » et surtout inoffensive. Très loin de l’image des militants radicaux de Civitas, Frigide Barjot apparaît comme une femme moderne et ouverte d’esprit qui défend le droit des enfants. Son émotivité permet au public de s’identifier à elle, elle confie dans toutes les interviews : « J’ai énormément souffert du divorce de mes parents. Je crois que c’est l’un des ressorts de mon combat pour la famille ». Mais Frigide, pas si barjot que ça, a surtout compris que pour étendre le mouvement des « anti », il fallait dépolitiser et décléricaliser la revendication. Elle a de l’expérience puisqu’elle a travaillé plusieurs années dans l’agence de communication politique « Principes » qui géré la campagne de Jacques Chirac en 1995.

                                                                               

Une recette vieille comme le monde

Prendre pour figure de proue une femme afin d’adoucir des idées qui pourraient paraître trop d’extrême droite. Une certaine Marie Le Pen a appliqué la même recette … Mais il ne faut pas s’arrêter à l’allure légère de Frigide Barjot chantant « Fais-moi l’amour avec les deux doigts ».  En réalité, pas si ouverte que cela sur les sujets de société, elle milite contre l’avortement, contre l’euthanasie, contre le mariage gay et contre l’assistance médicale à la procréation (AMP) y compris pour les couples hétérosexuels. La communication ne peut travestir la réalité bien longtemps...

Photos: logo du Parti Socialiste, et montage des différentes apparitions publiques de Frigide Barjot